MESSAGE PARTICULIER 2017

 

2017

 

Au lendemain de ce 2ème stage à Cluis, en hommage au 33ème anniversaire du départ de Me Tsuda et en accord avec cette Terre du Japon, à jamais souillée par l'avidité et les intérêts cachés de notre Humanité, en ce 6ème anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Pour ce 10 mars 2017, au moment où les Pratiques de cette 2ème session se mettaient en place pour  y relier  "Shurin Tei", j'ai reçu quelques témoignages qui m'ont vraiment touché, notamment des photos prises par certains d'entre- vous qui ont pris le temps de se  rendre auprès de Maître Tsuda, au Père -Lachaise, pour lui dire "merci"...

Ces démarches se sont associées à l'Esprit de Reconnaissance reçu ce matin par messages.

Trois stagiaires sont venus honorer tous les ateliers dispensés "comme au bon vieux Temps du dôjô de Cherbpurg" et cette joie s'est étendue aux petits-déjeuners ainsi qu'au repas "pris dans le sac", sur le dôjô, auprès des Professeurs et Maîtres.

Je sais combien la vie n'est ni simple, ni engageante pour les déplacements mais j'aurais aimé que nombres d'entre-vous puissent goûter à la richesse et à la complémentarité de ces ateliers qui augurent un travail sans précédent et singulier en France.

Reprendre ainsi le contenu des stages de Cherbourg, en y incorporant la Pratique Respiratoire du Kendô transmise par Linda est désormais une félicité : L' AER France, de par ses statuts, ne peut transmettre des arts martiaux de type "fédéral", en raison du contenu -même des enseignements qui sont sincèrement uniques et que l'on ne peut trouver nulle part ailleurs, sous cette Transmission singulière.

Il ne s'agit donc pas de s'entrainer simplement au Kyudô, au Karatedô, au Kendô, à l'Aikidô, au Katsugen-Undô ou encore au Seitaï-Soho car ces termes ont été galvaudés depuis longtemps et même au Japon, ce qui est transmis n'a plus le même objectif, le même contenu ni même , la même valeur.

C'est une compréhension que je vais de plus en plus placer en "préalable" à toute Transmission plus élévée.

Je n'oblige personne à me suivre mais j'entends être compris et respecté, en appliquant les mêmes règles que celles que j'ai acceptées de mes chers Professeurs.

Ne resteront "Membres AER France" que celles et ceux qui souhaiteront progresser dans ce respect et cette compréhension. D'ailleurs, il y a déjà bon nombres d'élèves anciens ou moins anciens qui ont préféré des cursus moins exigeants ou qui pensaient avoir suffisamment appris pour " enseigner" :  Je peux comprendre tout à fait ces choix mais pour cheminer sur mes pas, aussi imparfaits soient - ils, il est vrai qu'il est nécessaire de comprendre certaines différences...

A mon tour, je le répète, après 50 années révolues de Pratiques et de recherches, je n'arrive même pas à la cheville de mes Professeurs et je les prie, chaque jour, de bien vouloir excuser mes imperfections : Je comprends donc tout à fait que ma modeste recherche puisse lasser les plus pressés ou les plus impatients que je recommande aux fédérations respectives ...

C'est pour cette raison que l'AER France est née en1984, officialisée au Journal Officiel, dix mois et 12 jours exactement après la mort d'Itsuo Tsuda,  d'abord sous le Nom d'Association Franco-Japonaise de la Manche d'Arts Traditionnels puis renommée en AER en 1995, avec un agrément pour l'Education et la Jeunesse,  pour "chercher" exclusivement la Pratique et les Enseignements que j'ai reçu personnellement des Maîtres Takako Nakanishi - Itsuo Tsuda - Yoshio Kitajima - Taiji Kase / A partir de 2005, Motonori Kuwabata et 2012, Katsuyoshi Fujiyama.

Je sais que ça doit sembler bien pénible pour "certains anciens"  d'entendre toujours rappeler ces bases élémentaires mais je constate que peu de mes élèves prennent vraiment conscience  de la chance exceptionnelle qu'ils ont eu et qu'ils ont actuellement, de pouvoir étudier "Respiration et ses Applications martiales spécifiques", et qui n'a  plus "rien à voir" avec ce que l'on peut "voir , dire  et faire" sur la plupart des dôjôs de France et du Japon. 

Chaque matin, certains le savent, ma Pratique Kototama - Kiaï n'oublie jamais "mes chers élèves", qu'ils soient très anciens ou nouveaux venus : Je sais combien notre Existence ne nous permet pas toujours de faire ce que l'on aimerait faire et parfois, nous sommes "comme empêchés", y compris pour des actes qui sont précieux pour chacun d'entre-nous.

Ainsi, j'ai été heureux de pouvoir concrétiser cette reprise de "stage à l'ancienne", tissée de très heureux moments, de rires, de joie pleine et je puis vous dire que c'est très encourageant pour "Shurin Tei", pour cet heureux "jour futur" où il sera enfin en capacité d'accueillir les stages AER France, dans l'Esprit - même du Nigishiden de Takako Nakanishi Seiun O Senseï !

J'ai demandé à Jean Noël Raguénès, Secrétaire-Trésorier AER France de ne pas céder aux sollicitations ou injonctions des compagnies d'assurance qui cherchent toujours à "regrouper les activités" sous le label martial sportif des fédérations.

Je recommande vivement de bien reprendre le cursus d'études et de recherches que j'ai inscris pendant 15 années pleines et ainsi "assuré" ès-fonctions, pour toutes les garanties qui sont nécessaires, dans l'exercice de ces études pratiques qui n'ont jamais été confondues avec les arts martiaux " industriels ".

Enfin, vous le savez , j'aime être "taquin" et je ne vais donc pas m'en priver car l'occasion est trop belle, j'oserai donc vous dire combien j'ai pris une grande leçon de géographie ce week end.

Par ma non-venue à Lorient pour le stage proposé de 20 personnes pré-inscrites, j'ai choisi de rendre hommage à Me Tsuda sur la Terre de "Shurin Tei" mais je n'avais pas du tout réalisé que la distance qui sépare le Berry du Morbihan est infiniment différente, selon le sens emprunté : Ainsi, j'ai dû reconnaitre que les 557 km qui séparent Lorient de  Cluis, auraient été trop longs et trop pénibles, pour ces personnes en attente d'enseignements...

Aujourd'hui, je suis heureux qu'elles aient fait le bon choix en ne prenant pas la route, même si j'avais été heureux de les voir toutes présentes, autour de Maître Tsuda, pour ce Temps particulier.

Pour celles et ceux qui me comprendront, je n'ai jamais été et ne serai jamais ni soignant, ni un formateur d'ailleurs comme la Société moderne nous "classe" pour mieux nous administrer. 

Depuis la prime enfance, j'eus d'abord l'âme d'un protecteur, pour mes deux soeurs puis, très vite, pour des êtres et des valeurs ; enfin, de l'adolescence, s'est forgée une âme de chercheur.

Ainsi, j'encourage chacune et chacun, depuis 40 ans, à découvrir ces actions plus humbles  de "catalyseur", de "guerrier de l'âme", de "chercheur" pour ne pas croupir dans un formatage sociétal qui sème confusion, narcissisme et dépendance.
          
Cette Transmission est désormais enclenchée pour notre Jeunesse, celle-là même qui sera conduite à guider les pas de "jeunes Jedi " vers 2080, au Service de notre Humanité !